23 mars 2013

#2 - Ou ce que l'on voit bus 43 / 1er Passage

Madame Encombrante monte quotidiennement à 10h47, trois arrêts après moi. De petite taille, assez menue, un vieux bonnet en laine vissé sur la tête (des mèches rousses s’en extirpent parfois) et les expressions du visage ressemblant à s’y méprendre avec celles d'Eleanor Abernathy, Mme Encombrante s’installe au centre du bus après avoir mis les freins à sa poussette… vide. Cette dernière n’est pas comme celle que ma petite nièce utilise pour promener son poupon dans la maison, non, le modèle de Madame Encombrante se situe entre une Ferrari et un tank. S’il on vient à buter accidentellement contre sa poussette, Madame maugrée  et l’on se sent tout gêné d’avoir dérangé la couverture impeccablement installée dans le hamac afin de garder au chaud le derrière du bambin qu’elle va récupérer 6 arrêts plus loin. Les jours où il y a foule dans le 43 (jours des discussions d’aisselles), Madame Encombrante continue de garder sa charrue en état et en vient à maudire tous les passagers qui ne lui favorisent pas sa sortie mode « turbo ».

Madame Tuvoiquoi est une proche parente de Madame et Monsieur Toudmavie. Contrairement à eux, Madame Tuvoiquoi débute toujours sa conversation téléphonique avant de monter dans le bus et n’a toujours pas raccroché en y descendant. Les deux seuls thèmes qu'arrive à aborder Madame Tuvoiquoi sont une crise -due à des amis- au sein d’un couple et une crise -due à un couple- au sein d’un groupe d’amis.

Posté par Pascal Vion à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur #2 - Ou ce que l'on voit bus 43 / 1er Passage

    Très chouette ! J'ai dévoré ton article <3 !

    Posté par Anne-Perrine, 23 mars 2013 à 10:24 | | Répondre
  • Quel régal ! La lecture m'a transportée dans le bus 43 avec toi et Mesdames Toulmonde !
    J'attends avec impatience de rencontrer les autres passagers...

    Posté par Maman, 24 mars 2013 à 14:16 | | Répondre
  • J'ai ri !

    Posté par Annoche, 28 mars 2013 à 20:39 | | Répondre
Nouveau commentaire